Internet à Ste Euphémie
 
Le Dauphiné Libéré du 23 mars 96
 
 

Didier Coccia s'est installé à Ste Euphémie sur Ouvèze pour y fonder la société ATEC et y animer des activités d' informatique multimédia et de création de site Internet.

    Depuis 6 mois Internet est là, au coeur de ce village médiévale de 75 habitants aux rues souvent si étroites que mêmes les piétons ont parfois du mal à s'y croiser. Pourquoi Ste Euphémie...? "Pourquoi pas...?"  Nous répond avec le sourire ce toujours jeune homme. Originaire du Lyonnais, voila 15 ans qu'il est tombé amoureux de cette vallée de l'Ouvèze et de ce paisible village des Baronnies Drômoises. "J'ai longtemps révé de venir travailler içi, ajoute-t-il,  et désormais, avec les nouveaux moyens de communication et le télé-travail c'est possible ! le monde est devenu un village ! "  Effectivement les écrans d'ordinateur, les imprimantes, scanners et modems sont là, sous les voutes moyenageuses de cette vieille demeure villageoise.

Que trouve-t-on sur l'Internet de Ste Euphémie ?

    Les activités de la société ATEC consistent essentiellement à créer, à proposer et à actualiser, sur le réseau mondial Internet, un guide touristique de la Provence. En termes simples cela signifie que n'importe quel individu dans le monde ayant un accés au réseau Internet et s'intéressant pour une raison ou une autre à la Provence peut désormais consulter aisément et gratuitement le guide virtuel Atek conçu à Ste Euphémie. Aujourd'hui on estime a plus de 4000 par mois le nombre de consultations de ce guide de la Provence. (des Français bien sûr mais aussi de nombreux étrangers principalement Américains, Canadiens et du nord de l'Europe). Son contenu s'il devait étre imprimé couvrirait plus de 200 pages de catalogue. Les rubriques sont aussi diverses que: "généralités géographiques et historiques", "circuits touristiques", "loisirs et cultures", "produits régionaux", "artisanat Provençal", "Hébergement", "Vacances actives"... Le guide est consultable en Anglais comme en français. On y trouve aussi bien des informations, des adresses, des tarifs que des cartes, photos ou dessins. Mais surtout la communication par Internet permet aux consultants de ce guide de dialoguer avec ATEK, de faire des commentaires, de demander des compléments d'informations, d'effectuer des réservations, etc... Chaque jour Didier Coccia consulte sur son écran les dizaines de messages virtuels qui lui été envoyés de partout dans le monde durant les dernières 24 heures. Il lui reste à y répondre ou à transmettre aussitôt à ses "clients" les messages qui les concernent

Quels sont les "clients" de ce guide Provençal ?

    Pour résumer on peut dire que le réseau Internet ( le fameux "web") offre de façon plus puissante et rapide à l'échelle mondiale des services comparables à ce que propose le Minitel en France. Mais la différence la plus grande, nous explique Didier Coccia, "c'est que l'accés à Internet est gratuite. Les 60 millions d'Internautes qui surfent chaque jour sur le net ne sont donc qu'indirectement nos clients; les vrais interlocuteurs que nous démarchons sont plutôt les sociétés ou organisations qui, içi, en Provence, ont un service à offrir dans les domaines du tourisme, de l'artisanat, des produits régionaux, de la culture, des loisirs et qu'ils souhaitent faire connaitre ou vendre par Internet. Il s'agit donc soit d'organismes institutionnels (municipalités, syndicats d'initiative, office du tourisme, chambre de commerce, etc...) soit des interlocuteurs du secteur privé (hotels, restaurants, viticulteurs, artisans, etc...)." Aujourd'hui il n'y a sur Internet que 3 guides de Provence comparables. Celui-ci étant plus particulièrement spécialisé dans la Haute Provence, le Tricastin et les Baronnies. (les villes de Nyons et de Buis viennent d'y insérer leur documentation tandis que des négociations sont en cours avec Valréas et Grignan et Montbrun).

Et la promotion de la Provence sur Internet, est-elle efficace...?

    La question de savoir si Internet a de l'avenir ne fait aucun doute pour mon interlocuteur: "C'est le genre de questions que certains ont dû se poser lorsque les automobiles tombaient sans arrêt en panne et que les routes n'étaient pas encore goudronnées. Internet présente d'énormes intérêts pour le futur visiteur d'une région. Le web lui donne un accés à une information considérable et illimitée, actualisée en permanance, accessible immédiatement, gratuite, questionnable à distance avec possibilité de réservation ou d'achat. Une fois que lon a essayé Internet, on ne peut plus s'en passer." Il est vrais que la France est plutôt en retard parmi les pays industrialisés en matière d'équipement et de connexion sur Internet. Il est vrais aussi que nous sommes dans le peloton de tête pour le taux de chômage... Y a-t-il un lien entre les deux constations...? La question n'est pas saugrenue ! Pour Didier Coccia la raponse ne fait pas de doute. La société ATEC de Ste Euphémie a déja créé 3 emplois et des projets il n'en manque pas. Un guide de l'Ardèche sur un nouveau site Internet est déja en préparation. Sur la "Toile", l'aventure ne fait que commencer ! Et il nest pas indifférent de savoir quà Ste Euphémie sur Ouvèze, dans ce village des Baronnies qui a vu passer Hannibal et les Templiers, le deuxième millénaire a déja commencer. A l'adresse suivante: http://www.provence.guideweb.com/

      Alain BOSMANS